Marrakech-Ouarzazate ou comment devenir un touriste du temps

 

Nous, on aime bien cet article. Et vous ?

 

Première étape, Marrakech. La cité est l'un des joyaux du Maroc. On y respire l'orient, on commence à le comprendre, la médina et sa cohorte de riads, perdus dans des ruelles secrètes, les souks bouillants de vie, mais la silhouette est encore double, l'occident n'est pas loin. Pour remonter le temps et s'immerger dans une culture ancestrale riche, découvrir le secret de la lenteur bénéfique, les fragiles beautés d'une nature aride et grandiose et faire des rencontres humaines fortes, il faut prendre la route qui mène à Ouarzazate.

 

Les trésors sont innombrables. La route des Casbahs, ces constructions qui s'accordent si parfaitement au paysage qu'elles semblent être nées spontanément. Les vallées fertiles et exubérantes cernées par la pierraille, les oasis improbables, et les villages d'un autre temps fondus dans le décor. Ici c'est la culture Berbère qui domine.

 

C'est au printemps, qui se profile, qu'il faut faire ce beau voyage. Les hommes vont fêter la fin de l'hiver, ils vont rompre l'isolement et se retrouver autour des feux des Moussems. Un des plus éclatants de couleurs et de senteurs, le Festival des roses de Kelaat M'gouna, est aussi le plus poétique. La rose, une fleur qui allie fière élégance et effluve délicate, est partout. Du 8 au 11 mai 2014, les ruelles et les places seront embaumées d'une multitude de pétales, l'eau de rose va couler à flot.

 

Il est loin le XXIème siècle à cet instant magique, oubliés la pollution, les gaz d'échappement et les volutes chimiques. Mais pour que ce patrimoine, cette mémoire ancestrale ne meurent pas, il faut rester lucide. En même temps que ce Moussem, le premier festival Igrar voit cette année le jour. Il s'agit de faire s'interpénétrer hier et aujourd'hui. Il s'agir de mettre en lumière les difficultés des populations, de promouvoir l'artisanat et l'art, de créer des axes de développement durable pour protéger cette fragile et grandiose nature.

 

Le touriste, qui vient de traverser plusieurs siècles, a un rôle à jouer dans cette pièce. En venant jusqu'ici, en le racontant ensuite, il aide grandement une région qui doit, en restant ce qu'elle est, survivre et se développer.

©espace-maroc.com

Écrire commentaire

Commentaires : 0