Comment sont célébrés les mariages au Maroc ?

Offrande de mariage

Le mariage est le symbole de la pérennité de la communauté et le fondement de base de la cellule familiale. Le mariage au Maroc est célébré suivant un cérémonial puisant ses sources dans des traditions ancestrales.

 

Si la célébration de cet événement reste, dans ses grandes lignes, plus ou moins identique dans les différentes régions du Royaume, certaines traditions locales inspirées et générées par des pratiques ancestrales enrichissent le rituel du mariage et lui confèrent un cachet distinctif d’une localité à l’autre.

En effet, l’organisation du mariage au Maroc varie en fonction des régions et met en relief la diversité culturelle qui se manifeste, notamment, par différents rituels (costumes, rites, musique, traditions culinaires etc…).

Ces particularités locales et cette authenticité sont conservées et perpétuées de génération en génération. Elles sont les vertus cardinales de la diversité culturelle marocaine. C’est dans le cérémonial du mariage que celle-ci trouve son expression la plus marquante.

Cependant, la cérémonie du mariage a connu, dans certaines parties du Maroc, des changements découlant de la vie citadine et de l’adoption d’un mode de vie moderne.

D’un point de vue juridique, le mariage est consacré par la conclusion d’un “acte adoulaire” établi par des “Adouls” qui font office de notaires, en présence de témoins. Il équivaut à un acte de mariage et constitue le contrat fondateur de la famille.

 

Chronologie des rituels

1- Le Hammam

Bain purificateur pris en grande pompe par la fiancée au bain maure, en compagnie des femmes qui lui sont proches.

Une cérémonie où le pudique se mêle aux bonnes senteurs et où la flamme des cierges, allumés pour l’occasion dans les salles obscures du bain, est censée éclairer le chemin du bonheur.

Ce rituel donne lieu à diverses pratiques et offrandes chargées de symboles.

 

2- Le Henné

Recommandé par le Prophète, le henné est appliqué durant les fêtes et les mariages par la “hannaya”, femme préposée à l’art du henné. Les vertus bienfaitrices du henné sont censées protéger contre les maladies et garantir la réussite et la prospérité.

La cérémonie du Henné ou “Henna” se déroule la veille du grand jour, en présence des femmes des deux familles et des amies. La mariée est voilée et vêtue d’un caftan vert et la “hanaya”, s’ingénie à dessiner sur ses mains et ses pieds des motifs attrayants qui varient en fonction du bon vouloir de la mariée. Cette cérémonie symbolise l’acheminement vers le statut d’épouse.

 

3- L’offrande (H’dia)

La coutume de la h’dia existe dans toutes les classes sociales.

Les cadeaux offerts en cette occasion à la mariée par son époux sont fonction de la situation sociale et varient selon les régions. Mais généralement les présents sont hautement symboliques, tels le sucre, symbole d’une vie heureuse, du lait, symbole de la clarté et de la pureté, des dattes, du henné, des bougies, des fleurs, etc…

 

4- La Berza

La ” berza ” qui a lieu le jour de la grande cérémonie est l’occasion de présenter la mariée aux convives. Parée d’une tenue traditionnelle d’apparat, la mariée est installée de façon à être vue et admirée par toute l’assistance, dans une ambiance de fête riche en sons et en couleurs.

Au Maroc, plus que partout ailleurs, le mariage est perçu, sur le double plan social et religieux, comme un acte d’une grande importance, préparé minutieusement comme un évènement familial d’envergure, célébré joyeusement comme une grande fête, à laquelle s’associent outre les familles des deux époux ainsi unis, au destin scellé, leurs proches, leurs amis et leurs voisins.

 

Valable pour les villes et les grands villages, cette perception ne l’est pas tout à fait quand il s’agit de la campagne, où cette fête prend une toute autre allure, puisqu’elle mobilise de manière spontanée, un douar tout entier, plusieurs jours durant, dans un élan de solidarité qui donne toute la mesure de l’esprit communautaire toujours plus vivace en zone rurale qu’en milieu urbain, en raison de la nature même de la vie dans la campagne.

Si donc la fête est globalement la même dans l’ensemble du royaume, les rites de sa célébration varient d’une région à l’autre, au regard des traditions locales, le but étant, selon les cas, d’insister, de conforter ou de conférer encore plus d’éclat à tel ou tel aspect de la fête.

Fondamentalement, le canevas est le même au nord du Maroc comme à son extrême sud, à l’est comme à l’ouest. C’est la broderie qui y figure qui offre à l’observateur la touche de chaque région, et son cachet propre. Tout se passe en effet, comme si chaque région du pays tient à exhiber fièremenent son apport particulier, à mettre en valeur le talent et le doigté de ses hommes et de ses femmes, à faire valoir le soin par lequel ils entourent cette grande cérémonie, ainsi que le respect quasi-religieux des règles régissant son déroulement.

Chaque région s’ingénie à faire briller de mille feux, ses signaux distinctifs mais très indicatifs de la diversité de notre culture dans la cohésion, de nos contrastes dans l’harmonie, de notre pluralité dans l’unicité, et de notre particularisme dans la globalité.

C’est dans cette large panoplie de repères fort bien établis, de coutumes ancestrales, de valeurs et de convictions, que le Maroc puise les éléments qui font la richesse de son patrimoine identitaire, culturel et civilisationnel.

Les cérémonies de mariage au Maroc font ressortir, au delà de l’allégresse et de la jubilation qui les accompagnent, les divers aspects de ce patrimoine aux dimensions multiples.

Les étapes de ces cérémonies, qui allient authenticité, traditions et modernité, sont en fait les mêmes partout au Maroc. C’est au niveau de leur organisation et de leur déroulement qu’apparaissent des approches et des conceptions différentes selon les régions.

©lescheminsdumaroc

Écrire commentaire

Commentaires : 0